top of page
relations2.jpg

Créez votre propre système de sécurité sociale grâce aux relations conscientes

Si nos capacités de guérison et d’épanouissement sont à puiser essentiellement à l’intérieur de nous-mêmes, il n’en reste pas moins que l’homme est un animal social, naturellement disposé à rechercher la compagnie et l’approbation de ses semblables, aussi bien à des fins de survie que de reproduction.

De tous temps, des groupes d’humains se sont tour à tour alliés pour tenter d’améliorer leur qualité de vie, ou opposés entre eux pour protéger leur territoire et leurs ressources. Le besoin d’appartenance à un groupe est un besoin primaire, l’espérance de vie d’un individu isolé étant très faible, même à l’heure actuelle.

JOHN DONNE, POÈTE ANGLAIS (1572-1631)

« Nul homme n’est une île. »

Depuis toujours donc, les humains sont en proie à deux instincts contradictoires : l’instinct de coopération et l’instinct de compétition.

A l’ère post-industrielle, nous sommes toujours soumis à ce paradoxe. Alors que la conscience et la morale nous poussent à la solidarité et à l’entraide, le dogme de la croissance infinie exacerbe nos pulsions compétitives dans un contexte de raréfaction des ressources, mettant en avant l’aspect le plus sombre de l’humanité.

Le jeu de la compétition et de la division sociale façonne les individus dès leur plus jeune âge, par le biais de structures éducatives conçues pour conditionner les jeunes esprits à servir les intérêts du système productiviste, bien souvent au mépris de la dignité humaine.

Les comportements individualistes et égocentriques qui découlent de ce conditionnement s’avèrent être contre-productifs en termes de santé publique et d’évolution, car ils mettent en péril l’assouvissement du besoin inné de sécurité sociale (au sens large du terme) de tout un chacun.

SONJA LYUBOMIRSKI

« La plupart des scientifiques s’accordent à dire que le désir de créer et de maintenir des liens sociaux contribue à notre évolution en tant qu’humains. »

Pour l’heure, comment bâtir un sentiment d’appartenance sociale sain et concret quand nous sommes noyés dans les tumultes d’un système mondialisé, mégalopolisé, délocalisé, déshumanisé, virtualisé ? Et quand nous sommes habités par un sentiment grandissant d’impuissance face à des structures décisionnaires de plus en plus centralisées et inaccessibles ?

Face à ces dérives anti-sociales, la transition vers une organisation sociétale de proximité, à échelle humaine, locale, communautaire, semble nécessaire afin d’évoluer vers des modes de vie à la fois durables, harmonieux et générateurs de lien social sain.

Nous pouvons tous commencer par augmenter notre niveau de sécurité sociale et notre souveraineté personnelle en travaillant à développer notre propre réseau de soutien, fait de relations conscientes basées sur le partage, l’entraide, la bienveillance et autant que possible la proximité géographique.

Ce faisant, il est important de bien garder à l’esprit que la qualité de nos relations (et donc la qualité de notre réseau de soutien) dépendra toujours avant tout de la qualité de notre relation à nous-mêmes.

Lorsque nous sommes en proie de façon récurrente à des relations toxiques, addictives, co-dépendantes ou conflictuelles, ou bien lorsque nous évitons les relations trop intimes, cela est le signe d’un profond mal-être qui continuera de se manifester au travers de relations dysfonctionnelles tant que ses causes réelles n’auront pas été identifiées et fait l’objet d’un travail de guérison émotionnelle.

ECKHART TOLLE

« Les conflits dans le monde sont le miroir de nos conflits intérieurs non résolus. »

Besoin d'aide et de soutien pour développer

des relations conscientes ?

NUTRITION & HYGIÈNE DE VIE

coaching.jpg

GESTION DU STRESS & PLEINE CONSCIENCE

coursrelax.jpg
bottom of page